Apocalypse Show

Emeline Cocq, le 19/06/12

Apocalypse Show

Le Cabinet des Curieux (12 passage Verdeau 75009 Paris) : Exposition « Nouveau Monde/The End = The New » jusqu’au 5 juillet 2012

Rick Genest

Après l’exposition « Beautiful People » qui, au travers d’une riche galerie de portraits et photographies « underground », interrogeait notre rapport à une beauté « autre », transgressive et ambiguë, Thierry Ruby s’attaque à présent au fléau le plus créatif du moment : l’Apocalypse. Aux cauchemars engendrés par la machine hollywoodienne, mêlant fin du monde et catastrophes naturelles, « Le Nouveau Monde » préfère l’idée d’une prise de conscience individuelle (« Apocalypse » en grec signifiant la levée d’un voile), que la présence de vingt-huit œuvres saturées et explosives vient illustrer. 

Marie Meier

« J’en avais assez des catastrophes, de cette terreur autour de 2012. Pour moi, la fin de quelque chose, c’est aussi le début d’autre chose. », explique Thierry Ruby devant un tableau de Valérie Lenoir. Avec la collaboration de Stéphane Roy, photographe et directeur artistique, et de nombreux artistes (dont la plupart des œuvres ont été créées pour l’occasion), le galeriste (diplômé du Louvre) a rassemblé les éléments d’un univers où des thèmes comme le corps, la mort, ou l’enfance sont les supports d’une introspection, favorable à la reconstruction et à la création. Ainsi, chaque œuvre retrace indirectement le parcours intime de l’artiste : « Le cas de Rick Genest [ndlr : « Zombie boy » qu'on aperçoit notamment dans le clip « Born this way » de Lady Gaga] traduit bien cette introspection : c’est après avoir survécu à une opération du cerveau qu’il a entrepris de se tatouer tout le corps. Cette démarche découle d’une analyse personnelle et approfondie, de lui-même et du monde. Il est inouï ! » … Tout comme ces crânes souriants, ces jeunes filles lubriques … Autant de fantômes suturés symboles d’une vision singulière, anormée et de fait subversive.

Tim Roosen

Ray Caesar

De Katarzyna Widmanska à Tim Roosen, en passant par Leslie Bloquert et Ray Caesar, l’exposition rend compte du goût prononcé du cabinet pour les mouvements américains tels que le pop surréalisme qui, en mêlant rêve et cauchemar, laisse un parfum enivrant d’ambiguïté. Pour l’illustratrice Marie Meier, le sujet de l’exposition lui a donné l’occasion d’intégrer ses influences médiévales (voir le tableau sur les chevaliers de l’Apocalypse) tout en privilégiant une imagerie « underground », celle des freak shows et des tatouages : « Quand Thierry Ruby m’a demandé de faire quelque chose pour l’exposition, j’ai décidé d’opter pour le tableau, qui est un medium plus charnel, raconte Marie Meier. A travers le tableau, on raconte une histoire, comme au Moyen-Âge où la plupart des gens ne savaient pas lire. Et comme je suis proche du surréalisme, mes peintures sont chargées de symbolique. C’est un travail très personnel. » Ainsi, pour les curieux comme pour les artistes, le pari de Thierry Ruby semble réussi.

site internet du cabinet : www.cabinetcurieux.com

site internet de Marie Meier : www.mariemeier.org

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s