Archives pour la catégorie Cinéma & films

CONFÉRENCE / TABLE RONDE : LES FILMS EN COSTUME : LE RÔLE DU HMC

Loan Peuch | Le 13 mars de 14h à 16h en amphi D03, se tenait un événement regroupant quelques dizaines de personnes et cinq intervenants dont Michel Demonteix, Edwige Morel D’Arleux et Josée de Luca, tous trois professionnels du cinéma. Après une courte présentation du livre de Josée (Souvenirs poudrés, Broché, 2018) la conférence commence, sous forme de questions/réponses, animée par Aure Lebreton et une autre camarade. Quatorze questions seront ainsi posées, menant toutes à des réponses aussi limpides que passionnantes.

Lire la suite CONFÉRENCE / TABLE RONDE : LES FILMS EN COSTUME : LE RÔLE DU HMC

Tous les héros ne portent pas de capes

Julie Guenot  | Après plus de 60 ans de carrière, Stan Lee, alias le « père de tous les X-Men », d’Iron Man ou encore de l’Incroyable Hulk nous a quitté ce lundi 12 novembre 2018 à l’âge de 95 ans. Il est entré au panthéon des super-héros cette semaine, en nous laissant toute son œuvre pour héritage. Les fans pourront se recueillir sur son étoile du Walk of Fame qui l’honore depuis 2011.

Lire la suite Tous les héros ne portent pas de capes

La critique cinématographique de Julie : Bohemian Rhapsody

Julie Guenot | Si vous ne connaissez ni Queen ni Freddie Mercury vous y verrez l’histoire extraordinaire d’un homme pétri de talent parti de rien et entré au panthéon des rock stars. Mais si vous êtes fan de ce groupe mythique, vous serez fascinés par la vie fantastique de cet artiste de renom pour le meilleur et pour le pire.

Lire la suite La critique cinématographique de Julie : Bohemian Rhapsody

Le portrait du mois #2 : Rod Paradot

Marie Desalle | Tombé par hasard dans le monde du cinéma, Rod Paradot est un jeune acteur plein de ressources, vrai et touchant.

Lire la suite Le portrait du mois #2 : Rod Paradot

Call Me by Your Name

Tess Noonan ∣ 
Call Me by Your Name est un film qui colle a la peau, comme la sueur en été, comme les gouttes d’une pêche trop juteuse, comme le souvenir d’un amour passionnel, d’un désir brulant… Lire la suite Call Me by Your Name

Hotarubi no Mori e

Daphné ∣ Une petite critique pour un petit film de 45 minutes d’émotions. Basé sur le manga de Yuki Midorikawa publié en 2002, Hotarubi no Mori e, est une histoire d’amitié entre deux personnes dont les vies deviennent inévitablement entremêlées alors qu’ils n’auraient jamais dû se rencontrer. Lire la suite Hotarubi no Mori e

Une Nuit au Max avec Guillermo Del Toro

Marie-Amélie Huard de Jorna | Salutations cinéphiles ou amateurs de cinéma de genre ! Le nouveau film de Guillermo Del Toro « La forme de l’eau » est sorti sur les écrans français cette semaine. Pour l’occasion et en hommage à ce grand réalisateur du cinéma fantastique, le cinéma le Max Linder à Paris (9ème) lui dédie une Nuit au Max. Lire la suite Une Nuit au Max avec Guillermo Del Toro

« Les Derniers témoins face à la caméra » de Sophie Nahum

Tess Noonan | À l’occasion de la journée mondiale dédiée à la mémoire de l’Holocauste (27 janvier), le Mémorial de la Shoah à Paris projetait ce dimanche 28 janvier quatre courts métrages de Sophie Nahum sur quatre anciens déportés, avec la présence de ces derniers dans la salle. Cette projection était proposée en partenariat avec CinéFac et était animée par Gabrielle Napoli, critique littéraire pour le journal en ligne En attendant Nadeau.

Armand. Lucette. Victor. Henri.

Ces quatre entretiens font partie du projet Les Derniers témoins face à la caméra, une série de courts documentaires sur d’anciens déportés de la Shoah, créée par Sophie Nahum. La série compte quinze épisodes à l’heure actuelle. Le titre de cette série traduit un sentiment d’urgence ; à la genèse du projet se trouve la prise de conscience de Sophie Nahum que ses jeunes enfants n’auront pas l’occasion de rencontrer d’anciens déportés et d’entendre de vive voix leurs témoignages. De cette prise de conscience est né le projet Les Derniers. La particularité des entretiens se trouve dans leur format court (les épisodes durent entre sept et dix minutes) et dans leur accessibilité en ligne. Sophie Nahum affirme que ce format et ce mode de diffusion ont été pensés pour s’adapter aux nouvelles générations et au rapport qu’elles entretiennent à la technologie.

Ce format court a néanmoins ses limites. Je regrettais souvent que les entretiens ne durent pas plus longtemps, car les témoignages sont très forts. On aimerait avoir plus de temps pour les écouter, observer les photos qui sont montrées. On a souvent l’impression d’assister à une version condensée de l’échange, ce qui est assez frustrant ; d’autant plus que Sophie Nahum dit passer plusieurs heures avec ces personnes pour chaque témoignage. Après avoir visionné son épisode, Lucette, une des témoins présentes, s’est même exclamée « c’est trop abrégé ! ». Sophie Nahum a signalé qu’elle avait cependant pour projet de développer un format long.

L’intervention des témoins après la projection de leur épisode arrivait donc à point nommé. C’était à chaque fois très fort de les voir « pour de vrai » et de prolonger l’entretien avec eux. Ils manifestaient l’envie et le besoin de parler, investis d’un véritable devoir de mémoire et de transmission. Ainsi, quand on demande à Lucette pourquoi a-t-elle choisi de témoigner, elle répond « parce qu’on m’a dit de le faire », en faisant référence aux déportés du camp qui n’ont pas eu la chance d’en revenir. Beaucoup des témoins interviewés par Sophie Nahum interviennent dans des collèges et lycées, comme Victor Pérahia.

Tous partagent aussi le traumatisme de quelque chose d’inconcevable qui a rendu la communication avec leurs proches très difficile. Beaucoup évoquent leur incapacité à parler de l’Holocauste avec leur famille, pendant des années. En effet, le silence a été omniprésent pendant les projections, symbole d’un passé trop lourd à porter. La présence des enfants et petits-enfants de déportés dans la salle témoignait donc de cet héritage, que même les mots ont du mal à saisir. L’émotion était palpable. « Le silence c’était aussi un moyen de s’en sortir », rappelle Elie Buzyn, rescapé d’Auschwitz. À présent, parler est devenu vital.

Pour visionner Les Derniers témoins face à la caméra :
https://www.facebook.com/LesDerniers.org/
Pour soutenir le projet de Sophie Nahum :
https://www.leetchi.com/c/projets-de-hello-prod

L’agenda culturel du Mémorial de la Shoah est riche en rencontres, projections et commémorations. Les prochains témoignages auront lieu ce dimanche 11 février, et mettront en lumière le rôle de la Suisse comme terre d’asile pendant la déportation de millions de Juifs vers les camps. Cinq  personnes, réfugiées en Suisse pendant la guerre, seront présentes pour parler de leur expérience.

3 Billboards et In the Fade : comment apaiser sa soif de vengeance ?

Corentin Lê | La sortie simultanée de In the Fade et de 3 Billboards permet de constater un traitement de la vengeance diamétralement opposé au sein de deux films aux synopsis pourtant similaires (attention spoilers).

Lire la suite 3 Billboards et In the Fade : comment apaiser sa soif de vengeance ?